أهلا و سهلا بكم على موقع الطريقة الرحمانية الخلواتية القسنطينبة

المنتدىالمكتبةصوة و صورةالبوم الصورالرئيسية

 

 

 

AU NOM DE DIEU LE CLEMENT LE MISERICORDIEUX

 

CHEIKH  ABDERAHMANE  BACHTARZI

 

 

    Cheikh Abderahmane Ben Ahmed Ben Hammouda Ben Mamech , plus connu sous le nom de Bachtarzi , décèdé en l’an 1221

 Higerien ( 1806 JC) , est enterré dans sa zaouia située à Charaa , ancienne place El Hamra , rue Tatache , à  Constantine .

    Natif d’Alger ou il reçut ses premières leçons, il partit compléter ses études auprès d’éminents savants de la prestigieuse

 université Ezeytouna de Tunis, ou il acheva de fortifier ses conaissances en sciences jurisprudentielles (El Ouloum Echaria ) et en

 lettres arabes ( Edeb) .

    De retour à Alger , sidi Abderhamane , désireux de parfaire encore plus son savoir dans d’autres domaines , entama des études

 à la zaouia du Hamma à Alger , ou il s’affilia à l’ordre des Khalouatia , ou il sera le disciple de prédilection du Cheikh Si

  M’hammed Ben Abderahmane  El Guechtouli El Djerdjeri El Azhari , grand maître de l’ordre . 

  Après que Sidi Abderhamane Bachtarzi eut reçu une instruction et se distingua parmi ses condisciples, il reçut l’ordre de son

 maître de partir propager la Tarika  Errahmania à l’est du pays, et plus précisément à Constantine.

  Sidi Abderahmane Bachtarzi Le plus célèbre des disciples de Sidi Abd Rahman El Azhari est l'auteur d'un long poème " El

Mandhouma Er Rahmaniya" qui expose les règles de la tariqa. Le Cheikh Ben Badis fondateur de l'association des Ulémas a

 corrigé la copie manuscrite qui a servi à l'édition de ce texte. D'autre part ce poème a fait l'objet d'un commentaire intitulé "El

 Minah Erabaniya fi charh el mandhouma er Rahmaniyya" rédigé par Sidi Mustapha Bacha Tarzi fils du cheikh Abderrahmane .

 Ce commentaire est précieux notamment en raison de sa rigueur et du référencement systématique aux préceptes du Coran et de

 la Sunna, qu'opère l'auteur au sujet des règles de la Rahmania.

Mr Becha Ahmed                        

Le 16 juin 2008                        

 

 

 

 

 

 

LES TECHNIQUES CONTEMPLATIVES SELON LE COMPENDIUM RAHMANI

par ZAIM KHENCHELAOUI ( CNPRAH - Alger )

 

 

LE COMPENDIUM RAHMANI

 

 

Quant à l’auteur de la mandzuma rahmaniyya المنظومة الرحمانية  ( compendium rahmani ) dont on aura à parler ici , il s’agit du serviteur proche du maitre : sidi adb al-rahman ben ahmed ben hammuda ben mamash connu sous le nom de bash terzi dont il apparaît de son nom turc qu’il était artisan couturier , né à Alger et mort à Constantine vers 1806 ( 1221 H ) ou se trouve encore son mausolée . il fonda une zaouïa du vivant du fondateur de l’ordre dans le vieux quartier de lainerie rahbat al-suf   رحبة الصوف  à Constantine , dirigée depuis par ses descendants directs dont l’actuel intendant est sidi Muhammad al-Sharif , âgé aujourd’hui d’une soixantaine d’années ( voir photo ) . En plus de son célèbre compendium rahmani , on doit à l’auteur un ouvrage gnostique magistral bien qu’il soit très peu connu intitulé ghunyat al-murid fi sharh naghm masa’il kalimatay al-tawhid  غنية المريد في شرح نظم مسائل كلمتي التوحيد

( initiation du novice aux arcanes de la profession de foi musulmane ) , publié pour la première fois aux éditions officielles à Tunis en 1904 .

 

Cette remarquable œuvre pédagogique fut copieusement et savamment commentée par le fils de bash terzi , sidi Mustapha ben adb al-Rahman , sous le titre de كتاب المنح الربانية   Kitab al-minah al-rabbaniyya (  Livre des effusions seigneuriales ) publié pour la première fois à Tunis en 1307 de l’hégire puis réédité plusieurs fois en Algérie dont la dernière édition remonte à 2003 publiée par la Zaouïa rahmaniyya de Constantine . Cette œuvre fut inexactement attribuée au fondateur de l’ordre sidi Muhammad ben abd al-Rahman sous le titre de livre de la rahmania par le père blanc Antoine Giocobetti qui confondit les noms et auquel on doit , tout de même , un essai de traduction française qui reste largement empreinte de terminologie chrétienne , publiée par les éditions de Maison Carrée en 1946 .

 

Le commentateur du compendium rahmani , cheikh Mustapha Bash Terzi né à Alger et mort en 1836 ( 1252 H ) à Constantine ou se trouve son mausolée , était une référence pour ses pairs en jurisprudence mais aussi en sciences occultes et alchimiques telle que la manipulation des chiffres et des lettres . il occupa le poste prestigieux de mufti de Constantine et grand cadi de cette célèbre métropole de l’islam . Il donnait le prêche  du vendredi dans les plus importantes mosquées de la ville telles que la mosquée dite du souk des gazelles جامع سوق الغزال  mosquée de la Casbah  جامع القصبة   et mosquée de sidi al-kettani  جامع سيدي الكتاني  .

 

L’intérêt apporté par l’auteur à l’analyse des techniques contemplatives et à leur efficacité fait de ce texte un genre à part et rare dans la littérature soufie . Les difficultés matérielles , cependant , rencontrées dans notre traduction , sont due pour la plupart à l’archaïsme de la langue du texte et à son caractère dialectal propre au parler algérien tel qu’il se pratiquait au XIX éme siècle .

 

Ce compendium permet une approche du soufisme qui se veut pour une fois plus technique qu’esthétique . il jette un éclairage exceptionnel sur les états de conscience modifiée qui sont désormais pris au sérieux par les scientifiques dont certains vont , dans leurs recherches , jusqu’à recourir à l’électrœncéphalogramme ( EEG ) afin d’en établir matériellement les faits . les médecins et les physiciens prennent de plus en plus en compte ce phénomène en tant qu’expérience directe , globale et intuitive .

 

C’est sur cette base que nous tenterons de dégager une méthodologie de méditation basée sur les technique contemplatives développées par l’ordre rahmani lequel repose sur les principes fondateur de la khalwatiyya qui vit le jour à Tabriz en Azerbaïdjan iranien vers la fin du XIVé siècle avant de se propager essentiellement vers l’ouest et le sud-ouest en direction de l’Anatolie , et bien au-delà , vers le sud-est européen , la Syrie , l’Egypte , le Soudan , jusqu’aux montagnes de Kabylie en Algérie .

 

METHODOLOGIE DE L’OUVRAGE

 

L’ouvrage se divise en neuf grands chapitres subdivisées en sous-chapitres , répartis comme suit :

 

1- la chaîne initiatique

2- les étapes de la voie

3- l’initiation

4- principes et bases

5- l’oraison

6- code du comportement du novice

7- la retraite spirituelle

8- hiérarchisation des noms sublimes

9- code de comportement des intendants

1- باب السند

2- باب مراتب الطريق

3- باب التلقين

4- باب الأركان و الأصول

5- باب الذكر

6- باب أداب المريد

7- باب الخلوة

8- باب تدريج الأسماء

9- باب أداب النقباء

 

TECHNIQUE CONTEMPLATIVES

 

Nous nous intéresserons ici essentiellement au chapitre qui traite du dhikr (1)  ذكـر  et la hadra  حـضـرة  afin d’essayer de comprendre les mécanismes et les techniques de contemplation censés pouvoir mener l’aspirant à un état de ghaybay  غـيـبـة  ( transe ) caractérisé par une forte charge émotionnelle auto-générée par la méditation qui permet de faire l’expérience ( hors du corps ) de la réalité transphénoménale .

 

L’auteur évoque les avantages de l’oraison collective de Dieu en ces termes :

 

O toi qui rejoint l’assemblée

Et désire l’accès à la vision intérieur

Ne quitte jamais la cour divine

Ni le jour ni la nuit

C’est ton gibier le plus cher

C’est ton trésor le plus précieux

C’est la parole sublime de Dieu

C’est le rappel ultime du prophète

يا داخلا في الزمرة

تبغي فتح البصيرة

إياك ترك الحضرة

صباحا و ماسيا

هي صيدك العزيز

هي كنزك الإبريز

كلام الله العزيز

حض عنها نبيا

 

 

Soyez assidus à la présence , O confrères

Par elle , vous accéderez au bonheur

Elle vous obtiendra la grâce

Et vous épargnera les malheurs

لازموها يا إخوان

تبلغوا بها الرضوان

تمنحكم الغفران

تقيكم البلايا

 

C’est le fort imprenable de Dieu

Celui qui y parvient est à l’abri

De la douleur de son humiliation

Dans ce monde-ci ainsi que dans l’au-delà

هي حصنه الحصين

من دخله أمين

من عذابه المهين

في الآخرة و الدنيا

 

    L’auteur ayant terminé son exhortation au sujet de la hadra et exposé quelques-uns de ses effets , en arrive à parler de la manière de la pratiquer selon une pédagogie aux contours bien précis :

 

Placez-vous en cercle

Puis , synchronisez la cadence de l’oraison

Qu’il y est huit compagnons

Un nombre moindre n’est pas valide

Mais vous pouvez aller jusqu’à treize

Il n’y a aucun mal à cela

Voilà le nombre fixé que l’on connaît

Au-delà duquel il n’y a pas de limite

تستديروا حلقة

تذكروا متفقة

من ثماني رفقة

و الأقل لا شيـا

إلى ثلاث عـشر

لا كراهة تحتضر

فهو الحد المشتهر

إلى ما لا نهاية

 

L’auteur spécifie que l’oraison sous forme de halqa  حلقة  ( c’est  à dire un cercle ou un ensemble de personnes qui se placent en rond ) requiert des modalités et un rythme particuliers dont voici les critères :

 

Eliminez vos irrégularités

Comblez vos interstices

Fermez votre porte

Laissez le monde derrière vous

Puis, rejoignez le cercle avec humilité

Faites-le avec calme et révérence

Puis, aspires vers la présence

Invoquez Dieu trois cents fois

D’abord en rythme lent

Puis, en rythme modéré

Enfin, en rythme accéléré

Ainsi veut la tradition

زولوا اعوجاجكم

و سدوا فرجتكم

و غلقوا بابكم

تاركين للدنيا

و ادخلوها فقراء

ساكنين وقرا

طالبين الحضور

تذكرون ثلاثمايا

فألاول مدها

و الثاني وسطها

و الثالث قصرها

هكذا مرويا

 

L’auteur arrive à pressent à parler de la manière d’exécuter le mouvement physique lors de l’oraison en abordant les fameux centres subtils al-lata’if 

اللطـائف   organes invisibles localisables dans le corps hétérique :

 

En invoquant le premier Nom

Remue la tête et penche-la

Comme si tu traçais mentalement

Un cercle autour du cœur

Relève là du coté droit de ton corps,

O pitoyable, puis ..

Baisse la avec détermination

Du coté gauche de ton corps

Au second nom

Remue ton cœur avec énergie

En frappant de la tête verticalement :

Du haut vers le bas et du bas vers le haut

إذا كنت في الأول

حرك رأسك و تمايل

كأنك تخايل

دائرة قـلبـيا

تصعد بها من يميـن

نفسك يا مسكين

تنزل بها باليقين

في الجهة اليساريا

و إذا كنت في الثاني

حرك قلبك غيزاني

وإلا رأسك ضرباني

علويا و سفليا

 

Les avantages de l’oraison

 

Sache O mon frère que le but recherché

C’est de placer le Nom dans les cœurs

De façon à atteindre la félicité

Et obtenir sa lumière et sa flamme

Sa flamme purifie de tout les vices

Sa lumière est semblable à une belle parure

Ses vertus sont rapportées par la tradition

و أعلم يا أخي المطلوب

وضع الاسم في القلوب

يحصل به المرغوب

نوره و الـنـاريا

فناره تخليا من رذايل كليا

و نوره تـحـليا

بالفضائل مروية

 

La durée de l’oraison

 

Recevez de ma part cette précision

O vous qui aspires à la réalisation

Si vous désirez prolonger l’oraison

Vous pouvez invoquer Dieu plus de trois cent fois

Si toute fois vous ne parvenez pas à l’objectif

En invoquant le premier Nom, o ascète,

Et vous désirez plus d’énergie

Alors prolongez l’invocation du 2éme Nom

خذوا مني ذا

التفصيل يا مريدين

التحصيـــل

إذا رمتم التطويل

زيدوا على الثلاثمايا

إن لم تبلغوا المراد

في الأول يا زهاد

و أردتم الإمداد

 

Clôture de la séance d’oraison et exhortation finale

 

Lorsque vous aurez terminé

Restez calmes tels des oiseaux qui couvent

Dans l’espoir que le maître suprême

Veuille bien vous gratifier d’un flux spirituel

Appliquez-vous à cette technique O confrères

C’est le jardin d’Eden

Surtout dans le temps présent

Ou la passion domine tout

إن وفيتم فاسكنوا

كطيور حضنوا

و أرجوا ما تلقنوا

واردا من مولايا

حضوا عنها يا إخوان

هي روضة الجنان

خصوصا في ذا الزمان

كثرت فيه الأهويا

 

Les règles de l’oraison

 

Ces conditions, O toi malheureux,

Ont été fixées à vingt

Il s’agit des règles, transmis par les soufis,

Que doivent observer les invocateurs de Dieu

شروطها يا مسكين

عدها قالوا عشرين

أدبات الذاكرين

نص عنها الصوفية

 

Cinq règles précédent l’oraison

Douze accompagnes l’oraison

Trois succèdent l’oraison

Ainsi parle la tradition

خمس قالوا قبلها

اثني عشر معها

ثلاثة بعدها

هكذا قد رويا

 

Règles préalables

 

La première règle est la pénitence

La deuxième, la purification

La troisième, le silence

Puis, porter l’oraison au rythme cardiaque

La quatrième consiste à ce ressourcer

Auprès de l’esprit de ton maître, O recherché

La cinquième, tu dois pouvoir réaliser ton

Ressourcement auprès de l’esprit du prophète

أولها توبة

ثانيها طهارة

ثالثها سكوت

تجعل ذكرك قلبيا

رابعها الاستمداد

بهمة شيخك يا مراد

خامس ذاك الاستمداد

تراه من نبيا

 

Douze règles pendant l’oraison :

 

La première est de s’asseoir

Dans un lieu pur

La deuxième, de poser les mains

Sur tes genoux, O confrère

La troisième de parfumer ton oratoire

Avec du benjoin

La quatrième, de quitter les habits illicites

La cinquième, choisir un lieu obscur

Puis, ferme les yeux, fiston

Et représente mentalement ton maître

جـلـوسك أولـهـا

في طهارة نقية

ثاني تضع راحتيك

يا أخي في ركبتيك

ثالث محل ذكرك

بخره بالجاوية

رابع لا تلبس حرام

خامس مكان الظلام

غمض عينيك يا غلام

خيل صورة شيخيا

 

La huitième règle est la sincérité, O recherché

Module ta langue sur la fréquence de ton cœur

La neuvième, rends-toi sincère et épargne-toi

Le polythéisme et l’égocentrisme

ثامن قصدك يا مراد

سو لسانك و الفؤاد

تاسع اخلص تستعاد

من الشرك و الريا

 

La dixième est la formule de Majesté

Sélectionnée par les directeurs spirituels

Aucune formule ne la surpasse par la lumière

Parmi tous les autres nom sublimes

عـشرها الجلالة

اختارها أهل الملا

لا مثلها في الجلا

في الأسماء الكليا

 

La onzième c’est de méditer

Sur le sens caché de ton oraison spécifique

De distinguer entre puissance et contingence

Tu pourras alors saisir le sens de la divinité

حادي عشر الاستحضار

معنى ذكرك المختار

الاستغناء و الافتقار

خذ معنى الألوهيا

 

Pendant l’oraison,

Vide ton esprit de l’altérité

Et concentre toi sur l’objet de l’oraison

Ainsi parlent nos maîtres spirituels

Point d’adoré hormis Dieu

Point de recherché hormis Dieu

Point d’existant hormis Dieu

Ainsi parle la tradition

La première formule est celle du débutant

La deuxième, celle de l’itinérant moyen

Le dernière, disent les maîtres, est réservée à

Celui qui parvient au terme de son itinéraire .

و في حالة الأذكار

فرغ ذهنك من الأغيار

و أكتف بما يذكار

عند أهل التربية

لا معبود إلا الله

لا مطلوب إلا الله

لا موجود سوى الله

هكذاك مرويا

فالأول للمبتدى

و المتوسط يحــادي

و الأخـر سنـدي

قالـوا للمنتـهـيا

 

La douziéme, O itinérant,

Vide ton cœur de toute altérité

De tout autre que Dieu et ton maitre

Ton seul compagnon durant ton initiation

ثاني عاشر يا سالك

انف غير من قلبك

سوى هو و شيخك

رفيقك في التربية

 

Parmi les règles observées après l’oraison figure celle qui consiste à couper la respiration et à s’abstenir de boire de l’eau :

 

Outre ces règles

Il y en a trois autres qui viennent après

La première est de rester calme et serein

D’adopter une attitude de révérence

Et d’observer scrupuleusement ce qui t’arrive

فـهـذه مـعـه

و ثلاث بـعـده

سـكـونـك

خـشـوعــك

و ارتـقاب الـجانـيـا

 

La deuxième est de retenir

Ta respiration, O fiston

Trois expiration, voir au-delà

Selon tes forces et dispositions

و الثـاني هو الازمــام

نفــسك يا غلام

من ثلاث إلى التمام

همتك العليا

 

La troisième est de s’abstenir de boire de l’eau

Les initiés l’interdisent

Après avoir prononcé les Noms

L’eau risque d’éteindre leur feu

و الثالث شرب المــاء

مـنـعه العلـمـاء

بعد ذكرك الأسـماء

مطفـيا للنـاريا

 

Ici se termine l’exposé des règles, lesquelles

Sont au nombre de vingt, d’après les maîtres .

تمت هذه الأدبات

عشرين قالوا السادات

 

Après le dhikr, l’aspirant doit s’abstenir de boire de l’eau car, selon le commentateur, l’oraison jaculatoire produit un incendie et un débordement psycophisiologique hayajan هيجان   vers l’invoqué al-madhkur  المذكور  qui est le but supréme du dhikr . Or, boire de l’eau éteint cette énergie et souvent empéche le cœur affaibli et ramolli par l’eau d’atteindre la transvision . le refroidissement produit dans le foie le trouble des humeurs : c’est pourquoi il n’est permis de boire de l’eau qu’après un certain laps de temps . car, alors, la chaleur aura pu parvenir aux endroits qu’elle doit réchauffer .

Parmi les régles à suivre après le dhikr on reléve celle qui exhorte l’invocateur à retenir sa respiration pendant le temps de trois respiration jusqu'à sept respiration et méme d’avantage si on en a le courage et la force . Car les respirations faites pendant le dhikr sont chaudes, elles pénétrent jusqu'à l’ésprit et le cœur . Or, lorsqu’on a terminé une respiration et qu’on en fait une autre après, cette seconde respiration, en pénétrant dans le thorax, nuit par sa fraicheur, à la chaleur de l’esprit et du cœur . Cette pratique permet aux flux divins d’atteindre tout les organes qui doivent étre visités par le dhikr de sorte que le regard interieur s’ouvre sur l’invisible et que les attaques de l’ame et de satan cessent, ce qui conduit à la levée du voile .